Pratiquer la guérison divine 11 et 12
  • Pratiquer la guérison divine 11 et 12

(Clé) Pratiquer la guérison divine 7

95,00 €

Cours (2 vidéos) et documents pdf par Denis Labouré

Pendant des siècles, les prêtres ont disposé d’un manuel contenant des bénédictions pour toutes les situations : guérison d’un malade, rétablissement du bétail, consécration d’une image, invocation d’un saint, etc.

Avec ces cours Denis Labouré vous guide pour restaurer l’œuvre de guérison du christianisme primitif. À vous de jouer !

Quantité
In Stock

loyalty En achetant ce produit, vous pouvez collecter jusqu'à 9 points de fidélité. Votre panier totalisera 9 points qui peut être convertis en un bon de réduction de 4.5€.


Cours en 2 vidéos et documents pdf par Denis Labouré

Cours sur clé USB (vous devrez avoir la clé branchée pour lire les fichiers)

Dans les évangiles, il est clairement dit que tous – oui, tous – les chrétiens ont le pouvoir de guérir. L’une des raisons pour lesquelles l’Empire romain s’est converti au christianisme ? Dans les premiers siècles, les chrétiens guérissaient les malades.

Qui n’a pas été débarrassé d’un zona douloureux par un « barreur de feu » ? Une prière marmonnée, un signe de croix, et deux jours plus tard, il n’y avait plus trace du mal. Ces prières se transmettaient souvent oralement, celui qui les recevait jurant de ne jamais les révéler. Quant aux magnétiseurs de campagne, les vrais, ceux qui sont taillés en armoire à glace et qui guérissent sous le regard d’une image pieuse, tous ont les livres de l’abbé Julio sur leur table de nuit.

Pendant des siècles, les prêtres ont disposé d’un manuel contenant des bénédictions pour toutes les situations : guérison d’un malade, rétablissement du bétail, consécration d’une image, invocation d’un saint, etc. Ce Livre des Bénédictions existe toujours, alors que les prêtres ne s’en servent plus. Pourquoi ? 

Avec ces cours en DVD Denis Labouré vous guide pour restaurer l’œuvre de guérison du christianisme primitif. À vous de jouer !

Vidéo 1 : La puissance de l’image

Par des procédés particuliers, les anciens (Égyptiens et Grecs) donnaient la vie à leurs statues, à leurs tableaux, à leurs images. Les textes que nous citons en témoignent. Le christianisme a hérité du procédé. Des Vierges noires à l’icône, il a poursuivi cette tradition. Cette puissance est toujours disponible, si nous ne confondons pas l’art sacré (avec ses codes, ses canons) et l’art à thématique religieuse. Un tableau ou une musique baroques relèvent de l’art classique avec une thématique religieuse ; ils n’ont rien de sacré et sont là pour plaire. En revanche, le chant grégorien ou l’icône sont régis par des règles qui en assurent la puissance. Une question : Savez-vous que dans les premiers siècles, le Christ était représenté comme un adolescent imberbe ?

Vidéo 2 : L’art de l’icône

La technique des tableaux animés a été reprise par l’icône byzantine. La technique des statues animées (donc à trois dimensions) a été reprise par le christianisme latin. C’est la raison pour laquelle les fidèles leur accorent un tel respect. Au détour d’une phrase, l’abbé Julio nous dit : « Ces formules sont celles dont se servait M. Dupont, quand il opérait tant de guérisons par les onctions d’huile de la lampe, brûlant devant la Sainte Face de Jésus-Christ. » Vous saurez tout sur cette « Sainte Face », son image, l’huile dont il est question… et qui existe toujours !

L’avantage d’un enseignement oral sans sortir de chez vous

Derrière votre écran, avec une tasse de café (facultatif), vous suivez le cours. Vous bénéficiez d’un enseignement oral sans vous déplacer, sans frais annexe (hébergement, restauration). Ce DVD étant l'enregistrement des cours interactifs de Denis Labouré, ils ne permettent pas le suivi individuel dont bénéficient les étudiants de ses cours en direct.

__________________________


Denis Labouré bénéficie d’un double parcours. D’une part, il connaît parfaitement les arcanes de l’ésotérisme, en raison d’une longue fréquentation de ces milieux. D’autre part, il a derrière lui un cursus universitaire en théologie.

Il peut ainsi faire le pont entre deux mondes qui s’ignorent. Celui des chrétiens frileux qui, ignorant leur propre histoire, sont effrayés par les mots « gnose » ou « secret ». Et celui des membres d’organisations « initiatiques » qui rejettent spontanément la tradition judéo-chrétienne dont elles sont pourtant généralement issues.

Références spécifiques