Pratiquer la guérison divine 11 et 12
  • Pratiquer la guérison divine 11 et 12

(Clé) Pratiquer la guérison divine 9

95,00 €

Cours (2 vidéos) et documents pdf par Denis Labouré

Pendant des siècles, les prêtres ont disposé d’un manuel contenant des bénédictions pour toutes les situations : guérison d’un malade, rétablissement du bétail, consécration d’une image, invocation d’un saint, etc.

Avec ces cours Denis Labouré vous guide pour restaurer l’œuvre de guérison du christianisme primitif. À vous de jouer !

Quantité
In Stock

loyalty En achetant ce produit, vous pouvez collecter jusqu'à 9 points de fidélité. Votre panier totalisera 9 points qui peut être convertis en un bon de réduction de 4.5€.


Cours en 2 vidéos et documents pdf par Denis Labouré

Cours sur clé USB (vous devrez avoir la clé branchée pour lire les fichiers)

Dans les évangiles, il est clairement dit que tous – oui, tous – les chrétiens ont le pouvoir de guérir. L’une des raisons pour lesquelles l’Empire romain s’est converti au christianisme ? Dans les premiers siècles, les chrétiens guérissaient les malades.

Qui n’a pas été débarrassé d’un zona douloureux par un « barreur de feu » ? Une prière marmonnée, un signe de croix, et deux jours plus tard, il n’y avait plus trace du mal. Ces prières se transmettaient souvent oralement, celui qui les recevait jurant de ne jamais les révéler. Quant aux magnétiseurs de campagne, les vrais, ceux qui sont taillés en armoire à glace et qui guérissent sous le regard d’une image pieuse, tous ont les livres de l’abbé Julio sur leur table de nuit.

Pendant des siècles, les prêtres ont disposé d’un manuel contenant des bénédictions pour toutes les situations : guérison d’un malade, rétablissement du bétail, consécration d’une image, invocation d’un saint, etc. Ce Livre des Bénédictions existe toujours, alors que les prêtres ne s’en servent plus. Pourquoi ? 

Avec ces cours en DVD Denis Labouré vous guide pour restaurer l’œuvre de guérison du christianisme primitif. À vous de jouer !

Vidéo 1 : La puissance du Nom

« Tout ce que vous demanderez en mon nom, vous l’obtiendrez » ; telle est la promesse faite dans les Evangiles. On comprend alors que le mot grec traduit par le français « évangile » signifie « Bonne Nouvelle » ! Seulement, que veut dire « en son nom » ? Est-ce en braillant le nom de Jésus dans un micro comme le font les télé-évangélistes américains à grands renforts de démonstration ? Rappelons-leur qu’il ne s’appelait pas « Jésus », mais « Iéschouah ». Dans la tradition biblique comme pour beaucoup de peuples, il y a une identité entre un être et son nom. Invoquer le nom d’une personne, c’est la rendre effectivement présente. Sait-on que dans la tradition catholique, il existe une « fête du Saint Nom de Jésus » ?

Vidéo 2 : L’invocation du Nom dans la prière personnelle

La répétition intérieure du Nom divin fut un procédé utilisé tant par les Juifs que par les chrétiens. Il est très efficace pour établir un lien, pour se disposer à recevoir le « feu céleste ». Par instants, nous percevons alors le monde tel qu’il est, transfiguré, illuminé de l’intérieur. Dieu naît alors dans l’âme. Cette prière insistante est légitimée par les Ecritures. Mais pour qu’elle ne se réduise pas à un auto-bourrage de crâne, elle obéit à des règles précises. C’est alors que l’on peut dire : « Je dors, mais mon cœur veille »… 

L’avantage d’un enseignement oral sans sortir de chez vous

Derrière votre écran, avec une tasse de café (facultatif), vous suivez le cours. Vous bénéficiez d’un enseignement oral sans vous déplacer, sans frais annexe (hébergement, restauration). Ce DVD étant l'enregistrement des cours interactifs de Denis Labouré, ils ne permettent pas le suivi individuel dont bénéficient les étudiants de ses cours en direct.

__________________________


Denis Labouré bénéficie d’un double parcours. D’une part, il connaît parfaitement les arcanes de l’ésotérisme, en raison d’une longue fréquentation de ces milieux. D’autre part, il a derrière lui un cursus universitaire en théologie.

Il peut ainsi faire le pont entre deux mondes qui s’ignorent. Celui des chrétiens frileux qui, ignorant leur propre histoire, sont effrayés par les mots « gnose » ou « secret ». Et celui des membres d’organisations « initiatiques » qui rejettent spontanément la tradition judéo-chrétienne dont elles sont pourtant généralement issues.

Références spécifiques